Le nouvel an Juif - Zara Walsh
Zara Walsh

Je suis Zara, et j'en suis à mon tout premier blog. L'envie de partager avec le monde tout ce qui me passe par la tête est présente depuis que je sais parler. Mon entourage me dit souvent que je suis étourdissante. Voilà pourquoi j'ai pris la décision de laisser reposer ma langue, et d'occuper mes doigts. Sachez aussi que, autant, j'ai besoin de mes amies et ma famille près de moi, autant, j'aurai envie de vous savoir là, à me lire ! Alors au plaisir de vous combler de mes mots !

Le nouvel an Juif

Le nouvel an Juif - Zara Walsh

Alors que je pensais que je ne ferais ce travail que quelques mois, j'ai fini par faire du bénévolat auprès de personnes âgées pendant des années. Je me suis toujours bien entendu avec les personnes dont je me suis occupée. Je ne compte qu'une ou deux exceptions seulement. Pourtant, il y a une femme que j'ai bien apprécié plus que toutes les autres. Et elle me manque toujours.

J'ai travaillé pour elle pendant cinq ans, alors qu'elle était conseillère en planification financière à Québec, et je peux dire que je garde ces années comme un souvenir précieux dans mon cœur. J'ai pleuré avec ses fils et ses petits-fils le jour de sa mort. Et eux, me considéraient comme un membre de leur famille.

Le côté plus anecdotique de cette histoire, c'est qu'il s'agit d'une famille Juive assez religieuse. Au début, je pensais qu'ils ne seraient pas très tolérants envers moi, du fait que je ne suis pas Juive, mais heureusement, je me suis trompée. Auparavant, j'ai travaillé pour un Portugais, pour un vieux couple de Grecs et pour un autre couple d'Italiens, mais aucun d'eux était ni religieux, ni nationaliste, ni rien du tout. En fait, ils m'ont fait goûter leurs plats typiques. Par ailleurs, l'Italienne faisait les meilleurs spaghettis que je n'ai jamais mangé. Leurs sauces...!

Pour en revenir à la famille Juive, elle était stricte quant au sabbat et les autres fériés. Il était strictement interdit d'utiliser le téléphone, d'allumer la télé, ou même d'utiliser, un seul engin électrique. Et je peux dire que ce n'est pas mauvais comme habitude, ça fait même un peu de bien, je trouve.

Mais, ce n'est pas ça le plus intéressant de l'expérience. L'histoire est qu'à la deuxième ou troisième année, le nouvel an Juif est tombé un jour où je devais travailler. En fait, ses deux filles se sont rendues quelques heures en avance, pour cuisiner et elles m'ont demandé de les aider. Je pensais que quand toute la famille serait réunie, que je devrais rester dans la chambre que l'on m'avait accordée pour dormir les jours où je restais là. Je me suis trompée, ils m'ont invité m'asseoir à table avec eux. J'étais un peu déconcertée, mais je ne voyais pas pourquoi refuser l'invitation.

J'ai donc été témoin de la lecture des vœux en hébreu, ainsi que la cérémonie habituelle avant de manger. Ils m'ont aussi expliqué ce que chaque chose était significative. Par exemple, la pomme avec du miel représentait l'espoir que le nouvel an soit doux.

Voilà une belle nouvelle expérience dont je voulais vous faire part.