Un nouveau passe-temps - Zara Walsh

Mon blogue

Un nouveau passe-temps

Un nouveau passe-temps - Zara Walsh

J’avais envie de prendre des cours de cuisine italienne, après avoir vu une publicit√© sur le web, qui parlait de Lagrande abuffata de Marco Ferreri, qui a été traduit par La Grande Bouffe. J’avais vu une affiche pour des séances d’apprentissage dispensées par un professeur d’origine italienne près de chez mon coiffeur. J’allais le voir pour prendre mon prochain rendez-vous. Les antipasti et autres délices me semblaient si délicieux, même si je n’y avais jamais goûté. Cet engouement était nouveau, j’avais eu précédemment d’autres passions, comme la poterie ou la gravure sur bois ; j’avais besoin de changer de passe-temps régulièrement. Le premier cours était sur les accompagnements des pâtes, les pasta. J’avais reçu par message électronique le déroulement précis de chaque cours du trimestre. J’étais impressionné par l’organisation du professeur, Alessando Piccoli de son nom. Il était anciennement cuisinier dans un grand restaurant d’Italie, à Florence. Il parlait de son savoir ancien, transmis par sa mamma.

Je me préparais avant de partir, tout en bouillant d’impatience intérieurement. Lorsque j’arrivais, d’autres participants étaient déjà là. Je m’installais sur une chaise en attendant que la séance commence. Un homme à la chevelure grisonnante et à la peau tannée s’approcha de moi. Il me demanda ma raison de ma venue ici. Je lui expliquais que j’avais vu ce long métrage italien fantastique qui m’avait donné envie de cuisiner des plats italiens. Il s’extasia sur ma connaissance de ce film et il m’expliqua que c’était son préféré. Il l’avait vu au cinéma lorsqu’il était enfant et il en avait gardé un souvenir impérissable.

Je regardais l’heure et je fis remarquer à mon compagnon que le professeur ne se manifestait toujours pas, qu’il était un peu en retard. J’ajoutais que cela ne me dérangeait pas, car notre conversation était très agréable. Il me sourit et il claqua dans ses mains ; évidemment, le professeur, c’était lui. Il commença par nous parler des magnifiques paysages de son pays natal, de la gastronomie riche et savoureuse qu’il souhaitait nous transmettre. La recette que nous devions préparer était une frisatta imbottita, une omelette farcie, ou encore appelée « gâteau de pâtes ». La mozzarella, des pâtes type fusili, du beurre, des œufs et du parmesan étaient les ingrédients que nous allions utiliser. Je suivis avec attention tous les conseils de mon enseignant. Nous avions préparé des plats que nous devions emporter chez nous. Le soir, toute ma famille fut ravie de constater que mes cours de cuisine m’avaient transformé en grand chef.